Les casques de réalité virtuelle se séparent en deux groupes ayant chacun leurs avantages et inconvénients.

D’un côté vous avez les casques VR mobiles, casques ne disposant pas d’électronique et s’appuyant sur l’insertion d’un smartphone pour l’affichage et la capture de mouvements (Cardboard, Homido, Durovis etc.).

De l’autre il y a les casques actifs, c’est à dire proposant au minimum un écran et des capteurs de mouvements embarqués (Oculus, HTC Vive, OSVR etc.).

Tout d’abord il faut comparer ce qui est comparable, les casques actifs et mobiles ne jouent pas sur le même marché et on des usages relativement différents mêmes si certains sont communs.

comaparatifLes casques VR mobiles sont par définition, nomades, entendez par là qu’ils ne nécessitent pas d’être relié à un ordinateur pour fonctionner puisqu’ils s’appuient sur la présence d’un smartphone. L’intérêt de cette mobilité est de bénéficier de ce que peut apporter la réalité virtuelle partout. L’autre intérêt de ce type de casque est d’être évolutif, en effet le marché du smartphone évolue extrêmement vite et les résolutions proposées aujourd’hui sur le segment du haut de gamme permettent aujourd’hui de ne pratiquement plus percevoir la trame de l’écran (résolution Quad HD et plus récemment 4K comme le propose le dernier Z5 de Sony). En d’autres termes, un même casque, mais avec un smartphone différent vous offrira une expérience différente à chaque changement de mobile.

Malgré ces avantages ce type de casque possède tout de même quelques inconvénients, le premier étant la faible qualité des capteurs de mouvements pouvant causer des phénomènes de glissement (drift) même s’il existe des solutions pour réduire le problème, certains capteurs continueront à causer ce type de désagrément. Le deuxième problème est l’absence d’entrée HDMI limitant les usages type jeux vidéo à des applications embarquées sur le smartphone souvent courtes et loin de la qualité d’un jeu pc. Il est tout de même possible de “streamer” des jeux PC, mais ce mode d’affichage induit une légère latence (actuellement entre 15 et 20ms pour du 1080P/60 FPS à partir d’un pc compatible Gamestream).

Les casques actifs sont plus orientés sur un usage vidéoludique, ils ont besoin d’un ordinateur relativement puissant pour fonctionner. En contrepartie les capteurs de mouvements sont bien plus réactifs et ces casques disposent d’une entrée HDMI leur permettant de s’affranchir des différentes techniques de streaming. Leurs usages en milieu professionnel sont un peu plus limités à cause de leur faible mobilité. Leurs écrans ne sont pas non plus évolutifs (sauf pour l’OSVR) ce qui signifie que pour faire évoluer un casque actif il faudra repasser à la caisse.

Conclusion

les usages de ses casques sont très différents, si pour vous VR=gaming alors orientez-vous vers un casque actif, ceux-ci vous permettront d’obtenir un meilleur confort dans cet usage. Si votre usage tourne sur de la lecture de vidéo 360, cinéma virtuel, visite virtuelle et un usage “jeux vidéo” plutôt occasionnel alors orientez-vous sur un casque mobile, la mobilité de ces derniers vous permettra un meilleur confort dans ces usages.