Dark Days, un magnifique “point and click

Dark Days est une application Gear VR, produite par les studios Oculus et réalisée par Parallel Studio. Elle a bénéficié du soutien du Centre National du Cinéma et de l’image animée.

Dark Days, réalisé par un studio français et disponible uniquement sur Gear VR nous propose de suivre les aventures de Jade, partie en voyage se changer les idées. Très inspiré par l’ambiance de Twin Peaks, X files ou encore La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil, Dark Days est avant tout une histoire narrative se déroulant à la manière d’un Point and Clic. Tout comme la précédente production de Parallel Studio, White Night (sorti sur PS4), la dernière production des studios français mise avant tout sur le scénario.

Le titre a nécessité 10 mois de développement en complète autonomie. Quatre personnes ont travaillé à temps plein sur ce projet ainsi qu’une dizaine de “freelancer“:

  • Ronan Coiffec – Game director
  • Axel Crétinon – Graphiste / Game designer
  • Nicolas Bredin – Sound Désigner / Compositor
  • Sébastien Renard – Scénariste

Le titre est intégralement multilingue, les doublages sont soignés et contribuent à l’immersion.

  • Anglais
  • Français
  • Allemand
  • Espagnol
  • Anglais
  • Chinois
  • Coréen

La voie française de Jade (le personnage que l’on incarne) est doublée par Christèle Billault qui dispose d’un CV plus que conséquent. Vous aurez certainement déjà entendu sa voix !

Nous n’allons pas rentrer dans les détails du scénario afin de ne pas gâcher votre plaisir, mais parler de l’aspect technique.

L’action débute au volant d’une voiture et dans la peau de Jade, bien évidemment tout ne va pas se passer comme prévu…

Gameplay

Les concepteurs de Dark Days ont eu la très bonne idée d’utiliser des déplacements non linéaires. Pour se déplacer, il suffit de regarder un endroit accessible et représenté par une flèche jaune pour s’y “téléporter”. L’intérêt est de ne pas provoquer de cinétose en limitant les risques de dissonances induits par les déplacements linéaires. Le résultat est là ! il est possible de jouer plus d’une demie heure d’affiler sans la moindre nausée.

Comme dans ton bon point and clic qui se respecte, nous avançons au fil du scénario en inspectant divers éléments ou en interrogeant certains personnages. Sébastien Renard, en charge du scénario rappel qu’il est important de regarder partout, en se baissant notamment , pour pouvoir regarder sous les meubles. Le placement des objets est en partie aléatoire, allongeant de fait la durée de vie du titre.

L’ambiance sonore, la trame narrative ainsi que le scénario font de ce titre un jeu que l’on pourrait presque qualifier de triple A. Les huit mois de travail nécessaires à la conception de ce titre se ressentent aisément.

Graphismes

Ce titre est assez inégal dans son rendu, les décors sont assez pauvres visuellement en comparaison de ce que cette plateforme permet. L’utilisation de l’Unreal Engine 4 ne crève pas les yeux et si le scénario rattrape en grande partie cette faiblesse visuelle nous aurions apprécié un peu plus de soins sur le rendu. Le framerate est bien entendu à 60 images par secondes toute fois quelques baisses subviennent lorsque certains personnages s’animent. Rien de dramatique tout de même le principe même du jeu fait que l’on ne recherche pas une absolue finesse visuelle.

Malgré tout l’ambiance est si bien réussie que l’on oublie vite ce rendu visuel moyen, le titre est tellement immersifs que nous nous sommes surpris à ôter le Gear VR lors de certaines scènes.

Performances

Comme évoqué dans le paragraphe précédent, les performances sont légèrement en deçà de ce que nous serions en droit d’attendre sur cette plateforme, si le framerate est pour la plupart du temps à 60FPS de grosses chutes interviennent à l’arriver de certains personnages.

Conclusion

Sans rentrer dans les détails du scénario qui retirait une bonne partie de l’intérêt de ce titre nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’un des meilleurs titres du Gear VR malgré quelques défauts. Le choix du déplacement par téléportation est intelligent, car il permet de jouer sans ou du moins en limitant les risques de nausée. Le scénario est intéressant, l’histoire prenante et la narration du personnage incarné est très agréable. Très sarcastique nous nous prenons vite d’affection pour ce personnage magnifiquement incarné par la comédienne française Christelle Billault.

Dark DaysD’un point de vue technique et bien que reposant sur l’Unreal Engine 4, Dark Days souffre de quelques ralentissements malgré des décors très épurés et des textures moyennes.

Malgré tout ce titre se place comme une des expériences incontournables du Gear VR.

Proposé à 7.99€ sur l’Oculus Store du Gear VR le titre justifie pleinement sont tarif au regard de sa durée et de l’investissement de Parallel Studio dans la conception de Dark Days.

Les plus:

  • Scénario
  • Doublages
  • Intérêt

Les moins :

  • Certaines animations ne sont pas très fluides
  • Décors inégaux

Le test de notre partenaire Twisted Reality


Restez connectés sur homido.com pour plus d’informations sur la réalité virtuelle mobile.

N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous