Daydream le nouvel écosystème de la réalité virtuelle mobile

Google est revenu sur Daydream pour ce second jour de conférence par l’intermédiaire de Clay Bavor, Vice président du pole réalité virtuelle. L’occasion d’apporter bon nombre de précisions sur cette plateforme à venir.

Les périphériques de référence, casque et contrôleur

DaydreamSur le même principe que celui appliqué par le Cardboard, Google mettra à disposition des fabricants, non pas des plans, mais des références et conditions afin d’obtenir la certification Daydream. Les fabricants pourront utiliser leur propre design dans la mesure il n’enfreindrait pas les paramètres à respecter. C’est une bonne nouvelle pour les constructeurs tiers, car certains redoutaient de devoir reprendre leurs travaux d’une feuille blanche.

Le contrôleur suivra ce modèle, à savoir une référence à respecter, qui inclue cette fois le form factor du produit en plus des fonctionnalités obligatoires:

  • Capteur 3 ou 6 axes
  • Pavé tactile
  • 2 boutons

Cette certification pourrait aussi s’appliquer sur les casques autonomes sous Android s’ils respectent toutes les spécifications Daydream requises. Actuellement aucun casque autonome sur le marché ne semble encore prêt à obtenir ce sésame.

Pour assurer cette uniformisation du système, Google travaille d’ores et déja avec les plus grands fabricants de smartphones afin de définir et d’imposer les composants essentiels à cette certification.

La liste des partenaires

  • Alcatel
  • ARM
  • Asus
  • HTC
  • Huawei
  • Imagination Technologies
  • LG
  • Mediatek
  • Qualcomm

Un modèle fabriqué par Google

Le groupe américain prévoit aussi de sortir à son propre compte un casque de réalité virtuelle pour le grand public ainsi qu’un contrôleur de mouvements. Sans réellement en préciser la forme, ce modèle pourrait être le modèle autonome évoqué depuis plusieurs mois.

Les développeurs comblés

Le kit de développement à venir permettant aux applications d’exploiter la puissance de Daydream sera compatible Unity et Unreal Engine 4. Si Unity est une évidence, la compatibilité avec l’Unreal Engine 4 est plutôt une bonne surprise.

Unity 6, prévu pour septembre prochain permettra aussi d’amélioré l’ensemble des applications VR conçu sur ce moteur de rendu en allégeant considérablement les ressources utilisées. Dans les faits Unity ne sera plus obligé d’effectuer les calculs pour chaque vignette, mais pour l’ensemble de l’image. Seuls les éléments ayant une position différente sur chaque image seront recalculés. Les besoins en ressources en seraient réduits presque de moitié.


Restez connectés sur Mobile VR pour plus d’informations sur la réalité virtuelle mobile.

N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous