Le célèbre fondeur américain à présenté son nouveau System on chip (Soc), le S820. Ce Soc à destination du haut de gamme mobile est optimisé pour la réalité virtuelle.

Pour beaucoup la démocratisation de la réalité virtuelle passera par les solutions mobiles, Palmer Luckey, fondateur d’Oculus en est conscient et c’est fait remarquer en novembre dernier par un tweet allant dans ce sens.

Qualcomm compte se faire une place de choix dans les solutions VR mobiles en proposant un Soc spécialement pensé pour cet usage. L’idée n’est pas de proposer un casque sous sa propre marque, mais de fournir aux fabricants de smartphones le hardware nécessaire.

Que propose Qualcomm ?

immersive_experiences_feature

Tout d’abord le GPU embarqué, un Adreno 530, est censé offrir 40% de performances supplémentaires par rapport à son prédécesseur, le S810. Le S810 étant moins performant qu’un S805 à cause de ses problèmes de dissipation thermique, à titre personnel je ne suis pas sur que se servir du S810 comme échelle de valeurs soit particulièrement judicieux.

L’ Adreno 530 devrait donc supporter les résolutions ultra HD et 4K. Si aujourd’hui bon nombre de “flagship” sont équipés de tels écrans, il faut admettre que pour les applications nécessitant beaucoup de calculs, le framerate est impacté, ce qui est gênant pour l’immersion. Si la promesse est tenue alors un grand pas sera franchi.

Côté CPU le S820 proposera 4 coeurs 64Bits de type “Kyro” cadencés à 3Ghz, spécialement conçu par Qualcomm et fabriqué par Samsung.

Pour l’expérience audio le S820 s’appuiera sur un nouveau DSP, l’ Hexagon 680. Ce module audio travaillera de concert entre le CPU et le GPU afin d’impacter au minimum la latence de tous ses éléments.

Que manque-t-il ?

Malheureusement sur Soc comme pour les précédents, l’intégration des capteurs de mouvements est toujours laissée au soin des fabricants qui s’acharnent encore aujourd’hui à faire des économies sur cet élément crucial en proposant des modules imprécis et peu réactifs.

Si l’on peut aisément comprendre la politique de Samsung, ne cherchant pas à améliorer ses capteurs pour ne pas cannibaliser les ventes du Gear VR, il est en revanche difficile de comprendre pourquoi à l’heure actuelle, les ténors du secteur comme LG, HTC et tous les fabricants de haut de gamme en règle générale, proposent des capteurs bas de gamme.

Qualcomm aurait pu avec ce nouveau Soc, imposer des capteurs de mouvements de bonne qualité. Malheureusement ce n’est pas le cas, l’alliance avec Samsung dans la production de ce Soc a sûrement pesé dans la direction de ce choix.

Conclusion.

Qualcomm va dans la bonne direction, mais oublie un élément crucial et indispensable pour une bonne immersion, le suivi de mouvement.

En laissant le soin aux fabricants d’intégrer eux même les accéléromètres, boussoles et gyroscopes, le fondeur un risque. Souhaitons que les constructeurs finissent par prendre en compte les remarques des utilisateurs de réalité virtuelle en proposant enfin des capteurs dignes de ce nom.