Samsung présente Entrim 4D pour le Gear VR, une solution matérielle pour lutter contre les risques de cinétose.

teteLa cinétose, ou mal des transports survient lorsque l’oreille interne n’apporte pas la même information au cerveau que celle ressentie par un autre sens, en l’occurrence la vue. Ce phénomène, appelé dissonance provoque ou peut provoquer certaines nausées. Cette cinétose s’apprivoise pour certains et peut disparaître avec un peu d’habitude, une utilisation ponctuelle et intelligente d’un casque de réalité virtuelle.

D’autres constateront cette nausée dès les premières secondes et ne pourront malheureusement pas y échapper. Samsung travaille actuellement sur une solution matérielle, qui couplée à l’utilisation d’un Gear VR devrait définitivement anéantir ce phénomène.

Entrim 4D, des électrodes au service de la réalité virtuelle

L’Entrim 4D se présente sous la forme d’un casque audio extra auriculaire classique à un détail près, il dispose d’électrodes ! Ce procédé bien connu dans le domaine médical sous le nom de stimulation vestibulaire galvanique ou GVS permet de stimuler l’oreille interne des victimes d’AVC afin de rétablir artificiellement leur équilibre.

L’intérêt pour la réalité virtuelle est ici, grâce à ce procédé il est possible de tromper l’oreille interne et donc la sensation d’orientation spatiale par des stimulations électriques. Il est donc possible de synchroniser l’image et l’orientation ce qui permettrait d’éviter les risques de cinétose.

Le procédé semble quelque peu effrayant et Samsung tente de rassurer en s’associant avec des ingénieurs du domaine bio médical. Les tests auraient été effectués sur un panel d’environ 1000 candidats.

Disponibilité, prix

L’Entrim 4D est encore au stade de développement et si Samsung compte sortir ce produit il lui faudra convaincre les autorités sanitaires et subir une batterie de tests pour éviter tout blocage par principe de précaution. L’avenir nous dira si Samsung osera mettre sur le marché un périphérique de ce type qui bien qu’intéressant sur le papier, risque de lever quelques interrogations.